programme 2017 : vers un design de phénomène

phénOrama accueille Agnes Callu chercheuse en histoire de l’art du Musée des arts deco et l’artiste Ellen Zhao qui mènent  des recherches sur la représentation des phénomènes amoureux avec le Limsi-recherche en mathématiques – Paris Saclay.

Cette recherche sera accompagnée d’un séminaire ouvert aux élèves « Quand les phénomènes prennent forme » et se déroulera au studio documentation de l’Ensci – Les Ateliers. 

Dans le cadre du studio de création les élèves travailleront sur la notion de design de phénomène qui pourra être élargit à d’autres phénomènes que l’amour.

Ils s’appuieront pour cela sur les methodes mises en oeuvre par les mathématiciens pour modéliser-visualiser les phénomènes physiques que nous détournerons pour créer des installations artistiques.

Becoming heartbeats de Ellen Zhao

Cadre théorique

Les Mathématiques peuvent être vues comme un « instrument d’optique » révolutionnaire, comme le furent en leur temps le microscope et le télescope. Leur redoutable efficacité, assistée par la puissance de calcul et de visualisation de nos ordinateurs, ont permis à l’expérimentation virtuelle d’envahir nos laboratoires, nos usines et nos maisons. Les images animées alors produites sont  de véritables champs d’observation que l’oeil, toujours prompt à réagir, explore dans l’espoir d’une découverte.” (Jean François Colonna, chercheur en mathématiques appliquées de l’Ecole Polytechnique)

« Rencontre(s) à l’œuvre : pour un design émotionnel » entend pratiquer interprétations critiques, expériences sensorielles, visualisation des données et design industriel pour comprendre, capter et représenter les gammes d’émotions ressenties face aux œuvres. Rendre visible la complexité des systèmes dynamiques, climatiques, météorologiques, sismiques, mais aussi financiers, écologiques ou démographiques ? Une question soulevée par les scientifiques et devenue un enjeu de société. Un enjeu pour le design qui s’intéresse au numérique et a identifié depuis longtemps la “donnée” comme un objet à modéliser, un matériau à part entière. Que ce soit la conception d’une image radar, d’une cartographie numérique, d’une image produite par résonance magnétique, tous ces objets posent très rapidement des problèmes analogues. Comment appréhender, comprendre, analyser ces données ? Comment les transformer ? Comment les manipuler ?
Choisissant trois terrains d’élection : l’école de design où s’enseigne la création, l’atelier d’artiste au sein duquel l’œuvre surgit et le musée où le patrimoine, désormais légitimé, se sanctuarise, adossé aux outils intellectuels fabriqués par André Malraux et Gaëtan Picon qui théorisent la rencontre amoureuse provoquée par des œuvres « héroïques en présence », ce programme de recherche se saisit de l’interdisciplinarité.
De fait, hors de la seule étude du « coup de foudre esthétique » (cf. Agnès Callu, Histoire d’un coup de foudre esthétique, Paris, Nouvelles Editions Jean-Michel Place, 2017) téléologique et sismique, il entend créer une « machine » susceptible d’enregistrer les réactions sensibles de l’individu au contact d’une œuvre. En sorte que, dès lors, les manifestations physiques sont identifiées, qualifiées (variations de l’intensité), quantifiées et qu’une interface graphique est proposée afin de traduire visuellement les données. Représenter l’élan amoureux comme Edward Lorenz (1963) représentait les phénomènes météorologiques basés sur la mécanique des fluides : Les attracteurs de Lorenz. De ses observations est née la théorie du chaos.
Ce programme innovant quand, hybridé, il mixe connaissances, expériences et micro-industrie, compose un objet historique doté d’une forte utilité sociale. D’un côté, il réactualise une théorisation émotionnelle de l’art, de l’autre, acculturant les travaux de Aaron Walter et Donald Norman (cf. Araon Walter, Emotional design, Paris, Eyrolle, 2011 et Donald Norman, Emotional design : why we love or hate everyday things, Paris-Bruxelles, De Boeck, 2012), il s’attèle à créer, loin de l’usinage d’un matériel lourd et complexe mais, tout à l’inverse, dans la création d’un objet quotidien, à la jointure du « Beau et de l’Utile », un thermomètre du « cœur » soudain choqué (ému, dérangé, bouleversé, révulsé etc.) face à l’Art « in progress » ou déjà muséographié.

Becoming Heartbeats de Ellen DEVIGON-ZHAO Tongzhou

Ce projet, en trois parties, propose d’autres manières de ressentir nos données personnelles. Ainsi, nos battements de cœur deviennent des objets touchants qui peuvent être touchés. Ces signaux vitaux donnent vie à un bras haptique, des bijoux générés par un processus paramétrique et des images inspirées par l’imagerie de la médecine chinoise. Ce projet apporte une autre dimension à l’usage des données et cherche à y injecter de la poésie et du sens. Becoming Heartbeats a été développé dans le cadre du post-diplôme, Mastère Spécialisé – Création et Technologie Contemporaine de l’Ensci-Les Ateliers.

Ce travail de recherche va se poursuivre dans le cadre du programme de recherche : Vers un design de phénomène avec le Limsi-recherche en mathématiques – Paris Saclay.

Becoming heartbeats de Ellen Zhao

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séminaire doctoral à l’Ecole des Chartes

Art et corporéité

Ce séminaire, dans un territoire hexagonal mais transnational aussi, examinera, en longue durée, les liens entre les arts et le corps : comment les artistes, autant que les artisans – et l’on entendra particulièrement les plasticiens-designers et les musiciens – sont conditionnés et conditionnent les catégories et modèles d’objets qu’ils imaginent et fabriquent, en fonction de la plasticité des corps ? De quelles manières, selon quels échéanciers et à partir de quels schémas économiques sont produits, édités, diffusés des séries de mobiliers et des corpus d’instruments qui répondent, à la jointure du Beau et de l’Utile, à une exigence artistique, un canon esthétique et un confort social soumis à des variables politiques, culturelles et générationnelles ?

Séance 8. 1er février 2017

  • « Le dessein des objets : vers un design émotionnel » (Agnès Callu et Armand Behar, ENSCI)

informations pratiques : calenda

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*