recherche yves sanou

Projet de thèse d’Yves Sanou sous la direction de Manuel GUTIERREZ

L ’ART RUPESTRE DES REGIONS NORD ET OUEST DU BURKINA FASO :
APPROCHES ARCHEOLOGIQUE ET HISTORIQUE. PERSPECTIVES DE MISE EN VALEUR.

La mention de l’art rupestre en Afrique renvoie psychologiquement à celui du Sahara et d’Afrique Australe.
L’art rupestre de notre zone d’étude (l’Afrique subsaharienne ou l’Ouest africain subsaharien) est souvent
omis ou seulement brièvement mentionné dans la littérature consacrée à l’art rupestre africain.

Image 1


L’ensemble de l’art rupestre subsaharien souvent taxé  d’art géométrique, schématique stéréotypé ne rend surtout
pas compte de la diversité, de l’originalité, de la particularité, de la singularité des sites et de leur contexte chrono-culturel.

Image 2

 

 

 

 

 

 

 

 

Faute de recherches systématiques  les connaissances sur l’art rupestre au Burkina sont  encore
éparses et insuffisantes. Les connaissances se limitent à des généralités. L’archéologie burkinabé
n’a pas assez investi ce volet de la recherche qui, non moins important  mérite  qu’on lui accorde de l’attention.

Image 3

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l’élaboration des mémoires et thèses du laboratoire d’archéologie du Burkina aucun travail
de recherche n’a été exclusivement consacré à  l’art rupestre. Notre enquête auprès des populations
révèle que l’ignorance est quasi-totale quant à la connaissance de l’art rupestre au Burkina Faso.

La problématique de la sauvegarde et de la mise en valeur  des sites d’art rupestre au cœur de notre projet.

Image 5Image 4

Questions posées :
Qui sont les auteurs des œuvres rupestres  qui défient le temps ?
La définition de l’identité des producteurs de vestiges s’impose même si cette tâche semble ardue. Si les sources
orales attribuent rapidement la paternité de cet art à certaines populations anciennement installées,
il conviendrait de trouver des arguments solides afin de légitimer ou d’infirmer cette information.

Pourquoi gravaient-ils ces œuvres ou quelles significations peut-on donner à ces œuvres ?
Nombre de chercheurs aujourd’hui se montrent sceptiques sur la possibilité d’aller au-delà de la collecte
des faits pour accéder à une véritable compréhension de la signification de l’art rupestre. En  matière
d’interprétation, les réponses sont souvent fragiles et hypothétiques. La plupart de cette forme d’art
appartient à des cultures aujourd’hui disparues, ce qui rend hermétique  la compréhension
des motivations de leurs auteurs et ainsi que le sens de leur expression.

De quand datent ces diverses représentations graphiques ?
Si, de nos jours, aucun problème majeur d’identification et d’authenticité ne se pose plus lors
d’une découverte, les questions de datation de l’art rupestre ne trouvent pas toujours une réponse
satisfaisante ou définitive. A défaut de datation absolue, les comparaisons techno-stylistiques
et thématiques restent le dernier recours pour une éventuelle attribution chronologique et culturelle.

Quelles  sont  les  rapports entretenus  entre les populations  actuelles et les sites d’art rupestre ?
Certaines populations entretiennent  des liens plus ou moins étroits avec les sites  en les considérant
comme un pan de leur patrimoine et en y pratiquant souvent des activités cultuelles et religieuses.
D’autres les ignorent totalement.


Image 7 Image 6

 

 

 

 

 

Image 8

 

 

1 comment for “recherche yves sanou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*