séance de travail du 08/11/2012


Groupe Christian Canto, Vinn,…
Réalise une maquette d’un premier projet. Il s’agit d’une projection sur trois toiles tendus et placées en enfilade. Les supports de projection
en tissu sont déformés et séparés d’une distance relativement importante afin de permettre au spectateur de passer entre. La matière change
la lumière. Il s’agit de jouer avec les ombres des visiteurs. Le projecteur est utilisé comme une source lumineuse.

 

 

 

 

 
Insister sur la méthode. Tout le temps expérimenter les idées. Imaginer d’autres projets, différentes voix pour exprimer le même projet.
Laisser ouvert le projet. groupe clément, expérimentation de matière. Clément a fait des plans de la boite. Souhaite mettre
des matières sur toutes les parois. Boite 20×25 cm, profond 10×12 hauteur en fonction des mensurations
de la main. Matière slim, velour, papier de verre, boules de cotons, petite résistance
avec un pile qui chauffe, éponge humidifiée, boite soit démontable comme un légo
pour la maintenance. Pour le support une colonne antique hauteur de 1 m. avoir deux tables sur le côté
pour gaucher et droitier pour dessiner. les personnes ont un bandeau sur les yeux. Cinq oppositions claires,
marquées. le chaud/froid, mou, doux/rugeux, pointus,… Filmer 4/5 personnes leur réaction et reprendre
en photo leur dessin pour les mettre sur un site internet. Quel logiciel 3 d ? pour créer deux montagnes
qui s’opposent avec au centre un espèce de lac.
Ce qui serait interessant à partir de la même base c’est qu tu imagina d’autres formes pour répondre à ça.

L’intérêt est de pouvoir traverser le studio en vivant beaucoup d’expèrience. Expérimenter diffréent chemins.

Mettre le spectateur comme artsites laisser son corps parler. Le spectateur mis en position d’artistes.
Le principe aveugle, le touché, une expèrience du touché dan sle noir question de la restitution.
la question de la restitituion faut la rester ouverte. Ouvrir d’autres voix en gardant ces paramêtres.
Explorer différentes pistes pour être dans une position de choix essentiel à la culture de projet.
Après c’est question de la forme.

Peur de mettre les mains dedans la boite. O peut garder la notion de peur sans garder la boite.

On retient la peur mais on change de forme. Exemple du tunnel dans les foires. Peur de l’inconnu. La personne
quand elle arrive dans le lieu d’exposition…
Hypothèse : je double le mur de la salle avec du placo, un cogfrage. ensuite je crée un triu
horizontal avec une petirte largeur juste pour l’espace de lamain. Pour donner

ennvie au gens de metrre la main dedans comme dna sles escalotoir. A l »interieur de ça

il ya les diifférentes expériences d’humidité. L’expérience est spacile. La quesrtion reste entière

je vais le faire ou ne pas le faire. Le scénario d’usage ets différente de la boite. L’expérience n’est pas danslaprofondeur mais la longueur.

Les gens içi se déplacent. La travail de création est un problème de choix il vaut mieux multiplier

les propositions pour un être en position de force. ¨lei, de possibilité de travailler la question de l’échelle,

de la couleur le rapport au spectateur. Partir d’un point fixe en l’explosant avec différentes possibilités

c’est un travail de prolifération. Exemple d’un autre cours avec un autre professeur à saint charles

étude du processus. Dans la méthodologie de création il y a les maux, les images, le film, les volume

on va capter un langage pour préciser sa pensée. Chaque langage est spécifique.

Mster Josh et nicoals. relation du spectateur/rélaisatteur/oeuvre. J’ai commencé par la vie des objets.

le mouvement l’énergie soit produit par un humain. L’energie mecannique. Un objet qui va créer à la fois une energue mecannique et d’unautre c^ote une energie electrique.

Mais j’ai pensé que c’est plus attirant de travailler sur les jeux. J’ai essayé diffréentes idées.

La première idée de crééer quelque chose en 3 d le pectatrue csera obligé de créer un objet proposé.

C’est limitant. Il n’y aura que une forme à faire genre légo avec des objets basics pour que les pextauteurs fezra comme il veut. L’autres idées ets de continuer avec des pièces clés avec quelque chose que l’on puisse énergiser avec un humain. Créer un moyend de transport.

L’autre idée. Faire fonctionner les objets quotidiens autrement. Faire une liste des obljtes du quotidien.

Si j’utilise une serviette de bain pour sécher ma salade. Josh parle : Ce n’esp avraiment une idée

intercation avec des objets Iun moyen d’interagir avec des objets comme jérémie dalla.

changer la perception qu’on des objets. Proposition à Josh de travailler avec un eautre équipe.

celle d’anita et lisa. Souhaite créer une vidéo en filmant à l’extérieur dans la rue.
Comment définir ton objet ?

L’idée de la circulation d’énergie est une belle idée. Quand on pense relation on pense

bien évidemment tranasformation d’énergie exemple : Une conversation est une transformation

d’énergie. Il faut explorer différentes pistes possibles. Le jeu est aussi intéressant. Le jeu

par rapport au sujet Formes d’usages. Le jeu élément de dialoguer avce le monde. Un sujet fondamentale.

Le concept de jeu en art ets une question aborder à plusoeurs reprise . Question pour laquelle il ya

beaucoup de formes proposées . Et il y a beaucoup de domaines : socio, anthropo,… qui se sont interessés à ça. Gardons nous piur l’instant de faire des choix.

Cette première partie énergie doit ^tre travailé autant que le jeu. Ensuite il sera plus facile de se déterminer Mais aussi il y

a qualque chose de plus contmeporain dansle concept d’énergie. Dans le jeu tu vas être dans quelque chose qui est dans le design. Alors que dans la porposition

de l’énergie c’est plus ouvert. Un peu inquiet par le sujet du jeu qui ne permette pas de te déplacer du desig ver s les arts plastiques.

 

 

Possibilité de travailler la question de l’échelle, de la couleur le rapport au spectateur. Partir d’un point fixe en l’explosant avec différentes possibilités
c’est un travail de prolifération. Exemple d’un autre cours avec un autre professeur à saint charles étude du processus. Dans la méthodologie de création
il y a les maux, les images, le film, les volume on va capter un langage pour préciser sa pensée. Chaque langage est spécifique.

Mister Josh et Nicolas. relation du spectateur/rélaisatteur/oeuvre. J’ai commencé par la vie des objets. IL faut que le mouvement l’énergie soit produit
par un humain. L’energie mecannique. Un objet qui va créer à la fois une energue mecannique et d’un autre côté une energie electrique.

Pour Nicolas  c’est plus attirant de travailler sur les jeux. Il a  essayé différentes idées. La première idée est de créer quelque chose en 3d
le spectateur  sera obligé de créer un objet. C’est limitant. Il n’y aura qu’une forme à faire genre légo avec des objets basics.  L’autres idées
est de continuer avec des pièces clés avec quelque chose que l’on puisse énergiser avec un humain. Créer un moyen de transport.

L’autre idée. Faire fonctionner les objets quotidiens autrement. Faire une liste des objets du quotidien. Si on utilise une serviette
de bain pour sécher ma salade.
L’idée de la circulation d’énergie est une belle idée. Quand on pense relation on pense bien évidemment transformation d’énergie.
Exemple : Une conversation est une transformation d’énergie. Il faut explorer différentes pistes possibles. Le jeu est aussi intéressant.
Le jeu par rapport au sujet Formes d’usages. Le jeu comme élément de dialogue avec le monde. Un sujet fondamental. Le concept de jeu
en art est une question aborder à plusieurs reprise . Question pour laquelle il y a beaucoup de formes proposées . Et il y a beaucoup de domaines :
socio, anthropo,… qui se sont interessés à ça. Gardons nous pour l’instant de faire des choix. Cette première partie « énergie » doit être travaillée autant que le jeu.

Ensuite il sera plus facile de se déterminer Mais aussi il y a qualque chose de plus contemporain dans le concept d’énergie.
Dans le jeu on va être dans quelque chose de très « design ». Alors que dans la proposition de l’énergie c’est plus ouvert.
Un peu inquiet par le sujet du jeu qui ne permette pas de se déplacer du design vers les arts plastiques.

Azza. Thomas. Alexandra. Sonja
Il faut que cela ne ressemble pas à un instrument de musique un objet sans affordance un objet qui provoque une interaction inatendue.
Rappel de mise en place des films. C’est Sonja qui a la caméra. L’idée était de filmer les différentes réactions. Il s’agit d’une méthode de travail pour
définir ce que vous souhaitez faire plutôt que de definir un objet final qui sera exposé. Quand on fait un travail de création il faut s’arranger pour être toujours
dans une relation à la forme. Pas de séparation entre la forme et le concept. Metrre en place des procédures qui permettent une relation à la forme permanente.

Il y a une dimension documentaire. Vous rassemblez en permance les artistes qui travaillent sur le même sujet. Avoir toujours des outils de représentation
qui permettent à chaque instant de penser « forme ». Cela nous aide à determiner ce qu’on veut faire. En même temps il y a autant de méthode qu’il ya d’artistes.
C’est ce qu’il ya de plus compliqué dans l’art. Comme on part de soi même il faut mettre en place de méthode pour arriver à ça . Il faut par exemple se documenter
en permanence. Mais il y a aussi d’autres méthodes, certains définissent des atlas. Collecte de matériaux de formes d’images et puis sur une planche vous rassemblez
tout, sur une grande feuille.  Pour déterminer un univers formel. Chercher une cohérence : couleur, sensations…. Ensuite pour définir votre travail vous allez vous
reporter à la place . L’avantage aujourd’hui c’est qu’on a  plein d’outils de représentations. Admettons vous travailler une vidéo. C’est de l’image, ça permet de voir un certain nombre de choses.  La création n’est pas nécessairement un travail d’intelligence. Certain ont l’intuition du bon choix. Créer les conditions qui permet le choix.

Déclencher un mécanisme sans s’en rendre compte de manière involontaire de la part du spectateur.  L’objet réagit à un environnement qui change, il depend du spectateur mais le spectateur ne le sait pas. Les objets du quotidien : les portes qui s’ouvrent, éclairages automatiques,… en fait tout ce qui est automatique. Un effet de suprise qui interesse.
Il est sûr que les objets de design ne sont pas là pour créer la surprise. Les objets peuvent provoquer une surprise,  il y a un dysfonctionnement. Effet de surprise. Regarder l’artiste Roman Signer. Il met en place des évenements. Qu’est ce que créer ? C’est produire des apparitions, c’est une surprise. C’est un concept important dans l’art.  Il y a bien-sûr une dimension spirituelle voire religieuse. L’art chrétien a travaillé sur la question de l’apparition. Elle reste actuellement entière même si c’est un point de vue purement optique.
Par ailleurs des artistes travaillent sur l’explosion.

Mais revenons sur la méthode. Faire des surprises c’est facile à faire. Prenez une caméra et filmez des surprises. Acheter un pétard. Créer un faux trou. Il faut dévenir des magiciens. Pour pouvoir le faire il faut avoir une maitrise parfaite de ce qu’est faire une surpise. Faire une surprise c’est pas facile. Il faut transformer cela en langage.

La magie c’est trois temps : la promesse, le tour,  le prestige.  Sauf que pour vous il n’y a pas de promesse pour qu’il y ait un effet de surprise.
Louise Danos : Problème avec les condtions de travail. L’open space est perturbant. Louise peut  travailler hors studio et quand elle vient on a une conversation autour
du travail produit. Louise a réalisé une maquette de trois portes. Trois portes collées en triangle avec des abrs de traction. rajouter un dispitif interactif avec chanmp magnétique
qui allume une lumière. Ce qu’il y a d’important c’est qu’elle puisse au fur et à mesure du studio produire et ce qui sera exposer à la fin sera puisé dans ce chaudron. Il ne s’agit pas de théoriser pendant 4 semaines et ensuite créer la forme. Il faut produire et faire des choix dans la foulée de ce travail. Il faut faut démarrer par les postes. Louise veut des vraies portes. Il y a des portes dans l’école. Il faudrait aller dans les ateliers demander où sont les portes utilisés par un élève en diplôme.

Equipe anita, lisa,…

Présentation de planches traitant de la question de la communication entres les êtres. Chaque élève de l’équipe présente une planche. Josh présente la planche du voyeurisme. Objet de communication : bouteille à la mer,… net working. Après la production de ces planches comment continuer ? La meilleur choses est de définir différents expérimentations et définir des bons outils pour le représenter. Utiliser des tubes pour créer un système de communication. La fenêtre est ouverte et les tubes passent par la fenêtre les gens dans la rue peuvent écouter en mettant l’oreille dessus. Cette idée est facile à réaliser. Utiliser des gaines pour l’électricité afin de faire des tests. Il faut aussi imaginer d’autres systèmes. Différentes expériences. Il faut de la matière pour transporter le son.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Louise va finalement travailler seul. Interrogation sur le texte de la
thématique à propos de la relation forme technique et de la situation
française. Les artistes sont pris dans un débat intellectuel qui
interdit d’y penser alors que c’est bien souvent le quotidien des artistes.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*