séminaire transmission de la mémoire des objets techniques par leurs usages.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

IMG_2175

 

 

 

 

 

La question de l’usage dans l’art contemporain et son rapport à la forme est un sujet à rebondissement. Cette question est
bien souvent indissociable de l’évolution et de la progression de l’industrie que les travaux des artistes interrogent.

Dès les années 1900 Duchamp questionnait le rapport forme/fonction en jouant de la décontextualisation, en 1996 Nicolas Bourriaud écrit dans Esthétique relationnelle à propos du travail Cosmos de Boris Achour « l’artiste s’approprie les produits et objets de la vie quotidienne pour les faire fonctionner autrement, imaginant des liens comme un websurfer ou un Dj qui inventerait des itinéraires à l’intérieur d’un réseau d’objets réalisés par d’autres. »

Cette appropriation par les artistes de la question de l’usage prise à la fois comme action et comme règles usuelles fait bien évidemment écho au design, à la création industrielle dans son ensemble; elle même amenée depuis l’arrivée des nouvelles industries à repenser le rapport forme/fonction.

Le dialogue entre design et art précisément à cet endroit est nécessaire. phénOrama a choisi de se concentrer depuis plus d’un an sur la question de l’usage en faisant le choix d’éclairer cette question à partir des notions de « participatif » et de « reenactement« , notions qui travaillent en profondeur la création contemporaine.

En accueillant le binôme chercheur/artiste Raphaëlle Jeune et Audrey Cottin nous avons dans un premier temps poser la question suivante : Le participatif : une nouvelle forme de divertissement ? Ce semestre avec le binôme Caroline Bougourd/Ann Guillaume notre questionnement se poursuit avec : Le reenactement ou la réactivation des usages disparus.

Ainsi le séminaire portera sur la question d’une possible :
transmission de la mémoire des objets techniques par leurs usages. 

Pour cela un groupe de réflexion a été structuré afin de dégager les grandes lignes de cette réflexion.
Il est composé de :
Girolamo Ramunni, professeur, histoirien des techniques du Centre National des Arts et métiers, Sigrid Mirabeau, docteur en chimie de l’Institut National du Patrimoine, Caroline Bougourd, doctorante à l’université paris 1 sorbonne, Catherine Saracco, directrice de la recherche Ensci/Les ateliers, Ann Guillaume, artiste, Antonella Tufano ENS Architecture Paris La Vilette, Laboratoire Gerphau, Armand Behar, artiste, responsable phénOrama.

Le séminaire aura lieu à l’Ensci/les ateliers à la documentation de 17h à 19h les :

. mercredi 06 novembre 2013,
Traduction des gestes techniques : peut-on conserver une histoire de la gestualité technique ?
avec Girolamo Ramunni

. mercredi 04 décembre 2013,
L’aura du récit dans l’écosystème de l’objet :
comment le récit de l’objet survit lorsque le contexte a disparu ? avec l’artiste Ann Guillaume.

. mercredi 08 janvier 2014,
Le  patrimoine numérique dans le contexte d’un musée consacré aux objets techniques.
Margherita Balzerani curateur et critique d’art.

. mercredi 05 février 2014,
Indices et traces dans les structures matérielles : quel dialogue établir avec des objets « muets » ?
avec Sigrid Mirabaud, responsable du laboratoire, département des restaurateurs, Inp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*