la révolution numérique, suite de la suite

par Jacques François Marchandise

> l’hybridation
Comment se crée l’aller retour entre le pré numérique et le numérique, entre le papier et le web, entre le réel et le virtuel.

Il faut faire l’effort de s’écarter de cette vision dualiste.

On a des cultures assez clivées entre les acteurs qui s’occupent du terrain et ceux qui occupent les espaces en ligne. Par différence de culture, il y aune étrangeté complète de langage, d’appréhension … Ce n’est pas de la difficulté au changement mais plutôt liés à des différences de vocabulaire.

Nous avons des difficultés d’hybridation dans la mesure où cela ne parle pas la même langue. Quand on travaille sur ces sujets là, il est bien de trouver des hybrides, des gens qui travaillent sur les deux domaines.
cf. Peuplade.fr et Nathan Stern

> Le sujet des traces
Essayer de détecter du signal sous le radar, faire du carottage, de l’analyse de données sur le territoire numérique et identifier des liens réels.
La présence web n’est pas isomorphique avec la présence sur le territoire réel.
La détection de l’hyperlocal avec la détection de discussions, des micro médias locaux, … Détection et valorisation.
Du côté des traces personnelles, l’identité active, programme mené à la Fing sur l’identité de soi. Il y a une échelle de maîtrise de traces, entre les gens qui ne savent pas qu’il y a des traces numériques et les gens qui sont hyper experts sur l’éditorialisation de soi.

> la conversation
Où en est la conversation ?
En ce moment les Bells Lab, travaille sur le livre social, le livre comme coeur de conversation entre les utilisateurs. Des sujets de conversations autour des livres. Echanges nourris entre des gens quine se connaissent pas forcément mais ont des conversations.
Le mode conversationnel est un révélateur de liens sociaux, entre liens faibles et liens forts dans les relations sociales. La force des liens faibles, le deuxième cercle de nos relations est à certains égards plus fiables que le premier cercle, ex. pour trouver du travail.
Tout un ensemble de dispositifs vont jouer sur les formes de conversation, durablement de l’ordre de l’informel. Les formes de l’internet nous y amènent en braconnage, en vagabondage, en informel

> Les écarts entre l’offre et les usages, entre le prescrit et le réel, entre le discours et les promesses de l’offre, … les choses ne se passent jamais comme prévu, elles se passent la plupart du temps autrement.
Les écarts sont tout à fait intéressants
La boucle : comment se sont les usages qui inventent ce qui se passent dans l’innovation. La boucle par les usages.

Le 18 mars 2011, la figure de l’amateur, séminaire à la cantine / programme journée

On reste un peu dans le champs territorial…
Si on regarde un peu la ligne de temps, la société de l’information, en 1994 , le bouquin Où vont les autoroutes de l’information, qui a essayé de recenser de quoi on parlait.


lien amazon

Télé enseignement, télé travail, télé travail … est ce que que ce n’est que une succession de télé , de à distance …
L’autre hypothèse était que les gens vont moins bouger …
Et puis il ne s’est pas passé exactement cela… ce que on a constaté est le parallèle entre les communications en  réseau et les mobilités. Les gens qui ont le plus de liens ont plus de liens.
Travaux de Christian Licoppe, les gens qui sont dans des mobilités pendulaires (travail- maison) et d’autres qui sont dans des mobilités plus étendues.
Rester connecté en mouvement, les outils numériques pouvaient outiller la distance mais aussi es pratiques mobiles et les pratiques nomades. On a vu s’estomper la figure de l’internet seul devant son ordinateur, l’internaute il peut être assis ou il peut être en mouvement.
On n’est pas en train de parler juste d’espace mais on est en train de parler d’espace temps. On est en train de parler de chrono distance.
Le triangle : mobilité – distance – proximité

Passons du terminal à l’initial, passons du dernier kilomètre au premier kilomètre.
ex. le très très haut débit de proximité / une espèce de retournement du visage global au village local.

Ce contenu a été publié dans La révolution numérique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*