Construire la valeur d’une innovation : l’exploration de business models

par Valérie Chanal

se poser la question des logiques économiques et se poser la question du sens que pourrait avoir les usagers mais aussi ce que les acteurs pourrait faire avec « l’objet innovant »

explorer les logiques économiques qu’il pourrait avoir autour des logiques d’innovation.

la question de la valeur.
travail sur la valeur sur une série de cas : www.rethinkingbusinessmodel.net
il y a très peu de définitions sur la valeur et touche en général différent univers: chaîne de valeur, valeur pour le client.
les théories de la valeur sont assez différentes autour de l’innovation.

d’où vient la valeur des innovations ?
le vélib, ce nouveau service pose la question du business model.
on a toute une économie où l’usager n’est pas celui qui paie.

trois logiques que on trouve dans la littérature sur l’innovation autour des hypothèses qu’il y a sous la question de la valeur des innovations.

> techno push :la valeur est souvent mis dans le brevet avec l’hypothèse que la performance est sur la techno.
l’open Innovation : Chesbrough il y a beaucoup de brevets dormants qui sont non valorisés, environ 60% des brevets déposés. un brevet n’a pas de valeur tant que il n’est pas exploité dans un bon business model.
ce courant de l’innovation poussée par la technologie est forte. les aides, les incubateurs, les crédits impôt recherche, etc … sont réglés par cette idée que la valeur et l’innovation vient de la technologie.
http://en.wikipedia.org/wiki/Henry_Chesbrough

spin off , licencing ses propres technologies,
> user pull
bonne compréhension des usages. et ne passe pas forcément par le développement technologique. le driver de cette approche est plutôt le marketing, approche user centric de l’innovation.
lead users de Von Hippel (et non le early adopter) : il ne trouve pas sur le marché ce qu’il souhaite et donc il le fabrique lui même.

user communities
. communauté commune, des clubs d’utilisateurs. panel de tests clients
. les plateformes innocentive, le recours à des expertises via des intermédiaires
. les communautés open source
. les plateformes de crowdsourcing

> design driven
les vraies ruptures viennent des ruptures dans le sens.


lien amazon

inventer un nouvel espace concurrentiel, inventer des choses totalement nouvelles.


la lampe metamorphosi de Artemide
c’est une lampe non pas pour éclairer mais pour amener une ambiance dans une pièce.

l’utilisateur ne permet que des l’incrémental et pas des choses nouvelles.
il apporte la notion d’ interprètes, des créateurs de tendance, des artsites, des scientifiques .. qui permet de venir à de nouvelles choses.

l’entreprise qui développe de nouvelles significations doit être porteuse d’un discours.
ces innovations marchent car elles sont relayées par une théorie et avec des leaders d’opinion qui porte le même discours.

on développe des produits avec une personnalité unique, on a une différentiation immédiate. ce type d’innovations a un impact sur les actifs de l’entreprise, et notamment la marque, cela renforce la valeur de la marque. et il considère que ces produits ont un cycle plus long que les produits en innovation incrémentale. Et il montre que les entreprises qui investissent dans cette méthode ne font pas de focus client, d’étude marketing …. et

si on est capable d’avoir la vision et que on a une communauté d’interprètes on peut s’inscrire dans ce type d’innovation : design driven

comment se fait un marché ?
c’est la proposition que fait une entreprise au marché et qui doit rencontrer les valeurs de consommation du client, ce que le client valorise et qui doit aussi rencontrer un réseau de valeur, un réseau économique pour mettre en œuvre la solution et l’amener aux client.

La proposition de valeur …

le concept du business model, il y a deux éléments clés c’est création de valeur et capture de valeur.

La Stratégie Océan Bleu de Kim et Mauborgne.


lien amazon

on peut aller dans tous les marchés mais avec un modèle différents des autres.
a partir de là il qualifie d’océans rouges les espaces où tous les entreprises se battent sur les mêmes marchés et à force les acteurs ne gagnent plus d’argent. car on se bat sur les mêmes critères.

l’exemple du cirque du soleil et l’exemple du vin australien

De la chaine de valeur à l’écosystème
la chaine de valeurn le réseau de valeur et l’écosystème

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*