Exposition Good Design Good Business

good design, good business – design graphique et publicité par geigy 1940-1970 – link

Suite à l’exposition , les highlights de chacun

* philippe
. par rapport à l’origine, quand on se promène on a le sentiment d’une certain cohérence sur 30 ans. mais d’où cela vient, il y a t il un dessein originel
ou bien est ce le travail d’exposition et de recomposition historique qui révèle la cohérence.
. les personnages font préfigurer des playmobils
. est ce qu’il y avait une charte graphique précise au départ ?
. cohérence graphique, est ce que à un moment cela ne devient pas des carcan. cf. charte Orange.
cohérence et cloisonnement.
appliquer une charte nécessite d’avoir une culture nécessaire pour l’appliquer sans être prisonnier, dans un carcan.
. mélange entre photos et illustrations

* nicolas
. l’ensemble des choses montrées sont de 60, 70. la modernité … toutes ses choses là un peu remises en cause après les années 70, et pourquoi aujourd’hui cela revient alors que on a passé tout cela au piloris.
retour au rationalisme… pourquoi on revient là ?

* céline
. il raconte des histoires
. proximité avec Pantone http://fr.wikipedia.org/wiki/Pantone_Inc.

* . médicament : boulet + chaine, on raconte une histoire. humour et ironie par rapport au médicament
. déformation du textile rappelle la calligraphie d’Apollinaire. faire évoquer par la forme
. démarche de marketing global avec une cohérence de charte

* catherine
. « impression d’une chose pensée avec précision ». le sensible est inattendu, mais comment transmettre la précision de la pensée.

. plusieurs illustrations en avant garde de la visualisation des données, tags, surface de représentation, …

.  une idée est une chose qui conduit à une chose qui conduit à une chose, et inversement une idée vient d’une chose qui vient d’une chose qui vient d’une chose

. le produit insidon suggère toujours le inside

. aux bas de l’imprimerie, vers le film de photogravure : trame, transparence, couleurs primaires, rond la trame des films d’impression

* aurélia
. l’ère des machines héroïques… des lettres faisait penser au mouvement , la caravane qui abordait la bonne parole des pesticides
. il communique de façon très pédagogique, une franchise, une spontanéité dans le message. la simplicité rend efficace le message
. à quel point ils ont assimilé la psychologie associée

* alexandre
. est ce que le fait qu’une pub soit bien travaillée m’aide à mieux l’accepter
. le contenant fait oublier le contenu. ex. insidon
. rendre attirant jusqu’à quel point … éthique
. sur la fin de l’expo, une contrainte juridique et environnement légal qui avait poussé à aller vers le simple pour les médicaments. création sous la contrainte.

* thibaut
. volonté de mélanger figuratif et abstrait
. la capacité à représenter l’état de la maladie et de ce fait l’effet du médicament

* robert
. représentation visuelle des entreprises dans la timeline , propagande, puis vers le pop art, époque vers le minimaliste, et l’entreprise à trouver des codes primaires : rouge vert bleu et formes simples

* blandine
. interpellée par le fait de raconter des petites histoires
. la com. cherche à entrer avec les aspirations profondes ex si rhumatisme alors envie de mouvement
. retour sur investissement
. plus sensible à la photo quà la création graphique
. pas de vision claire sur la timeline dans la scénographie
. couleur mouvement humour la cohérence

vive les médicaments !!!

Ce contenu a été publié dans Expositions, L'objet et son image. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*