les radiations des ondes sont-elles dangereuses pour la santé ?

Depuis près de 50 ans, les appareils électrique ont petit à petit envahit notre quotidien. Et si l’alimentation en électricité ne peux toujours pas se passer de fils, en revanche, depuis l’invention de la radio, on peux émettre des informations grâce à des ondes. L’apparition du téléphone portable, et plus récemment du Wifi, ont généralisé l’utilisation de ces ondes. Faut-il avoir peur de toutes ces émissions d’ondes autour de nous ? Quels est le danger réel à utiliser nos appareils électriques ? Où en est la recherche scientifique dans ce domaine ? – quelques données scientifiques

_ Tous nos appareils électriques, dès qu’ils sont mis sous tension génèrent un champ électromagnétique, dissocié entre un champ électrique et un champ magnétique. Le champ électrique se mesure en volts (V) et le champ magnétique en Teslas (T). Dans la pratique, on ne distinguent pas ces deux champs dans leurs effets sur la santé.
_ A ce champ électromagnétique bases fréquences créé par le courant, viens s’ajouter le champ radioélectromagnétique à hautes fréquences utilisé pour les télécommunications (TV, cellulaires, radars, radios…)
_ Ces ondes se propagent à la vitesse de la lumière sans pratiquement aucune perdition. Elles sont freinées par les milieux conducteurs (le métal par exemple).

-*risques liés à ces ondes

_ Depuis, longtemps, il est établit que les ondes radio, ont un effet thermique, elles provoquent un échauffement des tissus (comme le soleil) qui est régulé par le corps. Lors d’une trop forte exposition, la thermorégulation ne suffit plus, il peut y avoir alors des risques de brûlures. Rassurons nous, cet effet est bien connu des scientifiques et les limites sont clairement établies. Par exemple, l’augmentation de température, au niveau de la tête, due à l’utilisation d’un téléphone mobile ne dépasse pas 0,1°C et cela reste sans danger pour la santé.
_ Certaines études montrent par contre que les différentes ondes électromagnétiques (pas seulement radio) seraient à l’origine de troubles du sommeil, fatigue anormale, nervosité, maux de tête, stress, dépression, perte de mémoire, difficulté de concentration. D’autres montrent que ce n’est qu’un effet psychologiques. La recherche n’est malheureusement pas assez avancée pour confirmer un réel danger. Les ondes basses fréquences sont classées par le Centre International de Recherche sur le Cancer comme étant peu cancérigènes (au même titre que le café par exemple).
_ De nombreuses études sur les animaux montrent qu’une exposition à des champs électromagnétiques fait chuter la sécrétion de mélatonine. C’est un neurotransmetteur qui joue un rôle important dans les défenses immunitaires et régule le rythme biologique (une personne exposée aux champs électromagnétiques peut avoir des troubles du sommeil). Par contre, l’effet cancérigène des ondes électromagnétiques chez l’homme est toujours en débat. Beaucoup d’études sont en cours. Parmi celle qui sont terminées, certaines montrent que les personnes habitant près des relais de téléphone ou des pylônes électriques serait, en effet, plus sensibles à certains cancers. Ce sont souvent des cas isolés où l’on n’est pas sûr qu’il y ait un lien réel. D’autres montrent qu’il ne peut exister qu’un lien psychologique mais que ces ondes n’affectent en rien notre système immunitaire (Ces dernières sont parfois accusée d’être en liaisons avec des opérateurs téléphoniques…).

différentes puissances des appareils

Comme nous pouvons le constater sur ce graphique l’ exposition aux ondes électromagnétiques, n’est pas la même suivant le type d’appareils utilisés. Ainsi on a pu mesurer les radiations suivantes:

-*Champs électriques

| Habitation (sauf près des appareils ménagers) | Jusqu’à 20 V/m |
| Dans un wagon de train électrique | Jusqu’à 300 V/m |
| A proximité des lignes HT (à 5 cm) | 20 V/m |
| Ecrans ordinateurs | De 1 à 10 V/m |
| Champ en atmosphère calme | De 100 à 200 V/m |
| Moquettes (à 5 mm, en atmosphère sèche) | De 200 V/m à 20 kV/m |
| Champ pendant un orage | Jusqu’à 100 kV/m |

-**Emissions radio FM

| À quelques mètres d’une antenne d’émetteur FM | Qq dizaines de V/m |

-**Emissions GSM

| À 1 cm d’une antenne de téléphone mobile | Qq dizaines de V/m |
| A 1 m d’une antenne de station de base | 50 V/m |
| A plus de 5 m d’une antenne de station de base | De 0,01 à qq V/m |

-*Champs magnétiques

-**Dans les appartements

| A distance d’appareillage | 0,002 microTesla |
| À 1 m des appareils ménagers | Jusqu’à 200 microT0|
| A l’aplomb d’une ligne haute tension | 20 microT |
| Dans une rame de métro | 30 microT |
| Champ terrestre (géomagnétique) | Entre 30 et 70 microT |
| Dans un wagon de train électrique | 50 microT |
| Détecteurs de métaux (aéroports) | Jusqu’à 100 microT |

-**Emissions GSM

| A proximité d’une station de base | Jusqu’à 0,03 microT |
| A proximité de l’antenne d’un mobile | 0,3 microT|

Le Wifi, quand à lui à un effet négligeable par rapport aux portables:
le WiFi émettant une puissance rayonnée dix fois moins importante qu’un téléphone portable, et la puissance décroissant avec le carré de la distance, il en a été conclu que placer un élément radio WiFi à 1 mètre revient à poser un téléphone portable en marche à 3 mètres.

Ce qu’il faut en conclure

_ Il est difficile d’établir un lien direct entre les ondes électromagnétiques et des problème de santé Les migraines, insomnies… peuvent être des problèmes psychologiques. Quand aux cancers personne n’est en mesure d’affirmer si oui ou non les ondes électromagnétiques affaiblissent notre système immunitaire. Dans le doute, évitons de multiplier les appareil électriques et méfions nous des appareils les plus puissants (antennes, portables, relais, pylônes).
_ Doit on donc continuer à produire des appareils qui peuvent être dangereux? S’ il est établit qu’il existe un réel danger, arrêterons nous pour autant de produire des appareils télécommunicant? Les lobbys industriels nous laisserons ils parvenir cette information? Il semblerait donc que le problème de la pollution électromagnétique soit aussi épineux que celui de la pollution en général et que le débat est loin d’être clos.

Ce contenu a été publié dans Enjeux et usages des TIC (octobre-décembre 2003), RISQUES POUR LA SANTE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*