Nouvelles utilités

Au début de l’informatique, il a fallu trouver de nouvelles architectures pour concevoir ces nouveaux « objets ». Le monde « traditionnels » a largement servie de référence: la fenêtre pour le système d’affichage, la corbeille pour éliminer les dossier … L’ordinateur, le téléphone portable, appareil photo numérique, lecteur DVD, console de jeux, lecteur MP3, camera portent de nouvelles « utilités », celles de l’information. C’est l’apparition de nouveau type d’usages qui ne sont plus liés à leurs formes mécaniques .Elles ont de particulier:

-la mise en réseau,
-l’interactivité
-l’intelligence ( autonomie )
-la virtualité

Après quelques décennies, il se produit un retour d’influence du monde électronique au monde plus traditionnel. Cette influence se lie sur trois niveaux:
-dans l’outils de création
-dans les usages que propose les objets
-dans la forme des objets
Comment retrouve-t-on les particularité du numérique dans les objets simples ?

I L’influence sur l’outils de création

Le réseau : Il permet la création à distance, ce qui donne lieu à plusieurs expérience de ‘téléconception’:
L’étagère des frère Bourroulec, présentée ici, à été pensée pour être envoyée sous forme de fichier par internet et facilement fabricable ( découpe de polystyrène ) . Elle est alors réalisée directement sur place en deux jours pour accueillir leur exposition (au Japon par exemple).

l’intelligence: en fonction de programme, d’ « outils numérique  » on peut obtenir objet impossible à la simple conception mentale ou industrielle: Il existe une entreprise qui grâce à un programme aléatoire produit des tasses en série aux motifs uniques.

II L’influence sur les usages

le réseau: ce qui démarque les objets numériques, c’est aussi leur capacité à se mettre en réseau. Cependant malgré quelques contre exemples, ils utilisent tous le réseau internet de la même manière: afficher à nos yeux tous le contenu du réseau comme un ordinateur ou un téléphone WAP. Peu s’en servent d’une façon active comme pourrait le faire des réverbère en fonction de la météo par exemple… Cela est certainement due au fait qu’il faille une connexion téléphonique pour être connecté. Cela risque de changer avec le développement de Wifi ou bluetooth ; on pourrait voir toute une cuisine en réseau par exemple.
Certains objets quotidien devient des maillon de ce réseau d’information: des industriels se servent de produit comme porteur comme les Kinder qui possèdent maintenant une surprise numérique grâce à un code numérique, idem pour Cocacola… Le réseau de distribution communique alors avec le réseau de distribution.

l’inter activité: elle rend les objets numérique très attrayant et concurrence les objet communs .Certains objets simples intègrent maintenant de l’interactivité, comme l’Alova est un matériau intelligent qui prend la forme du corps puis reprend sa forme initial.

l’intelligence: dans le même ordre d’idée on demande au objet communs d’être intelligents comme le numérique: la brosse à dent Signal qui perd sa couleur quand il faut changer de brosse …

le virtuelle numérique a appris aux acteur économiques comment créer des objets à partir du virtuel. Aussi on trouve des objets physiques qui ont pour but d’incarner du virtuel comme le fait une icône; par exemple les packs d’assurance ( des assurances qui tiennent dans une boîte en carton …)

III influence sur la forme

l’interactivité: elle a nécessité la mise au point de signe comme les icônes, image très simplifié de la réalité.

Cette simplicité influence les objets physiques qui tendent à ce simplifié (ex:on s’habille facilement d’un simple signe sur un t-shirt ) mais curieusement plus machines deviennent puissantes et plus ces signes se compliquent. Prenons l’exemple de MacOS X et du dessin du disque dur :bien que se soit inutile, l’icône ressemble de plus en plus à l’objet physique. Aussi , au moment ou les objets se simplifient, se dématerialisent sous l’influence du numérique, le numérique lui se complique en prenant des propriétés matérielles( les fenêtres os ont maintenant une ombre…), peut-être pour se rejoindre ?


le virtuel: la création d’objets virtuels de synthèse à fortement influencé la production actuelle, la grande majorité des objets porte plus les marques d’un modelage 3D que de leur process de fabrication sauf quand les deux viennent fusionner dans des techniques telles que le fritage de poudre.


D’autre objet joue directement avec le virtuel comme cette lampe d’ingo Mauer ou l’ampoule n’est qu’un hologramme généré par le film de l’abat jour .

Ce contenu a été publié dans Enjeux et usages des TIC (février-juin 2003). Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*