Note d’intention – Sémiotique du design – Master « Innovation by design »

Voici la note d’intention de l’intervention d’Aymeric d’Afflon, prévue le 8 novembre 2012 pour le  Master Innovation by design de l’ENSCI

« Le design est aujourd’hui le sujet de plusieurs développements qui ne sont parfois qu’adjacents. D’abord, le design, identifié comme une activité fortement créatrice de valeur, devient une étape prépondérante dans la chaîne de production jusqu’à en influer fortement les processus. Ainsi, ses champs d’action s’en trouvent considérablement élargis, jusqu’à se dissoudre dans la notion plus vaste de “création”, voire de “conception”. Dès lors, il devient le socle de discours intellectuels les plus variés et les plus hétérogènes. Dans le même temps, le développement du design comme valeur sociale conduit à son instrumentalisation, notamment dans les discours publicitaires. De ce fait, le mot même de “design” risque de se retrouver rapidement et fortement désémantisé. Aujourd’hui, il veut tout dire, demain, il ne signifiera plus rien…

À l’ENSCI, la pédagogie consiste à quérir le sens dans l’action, et donc à toujours tâcher d’associer pensée et pratique. Nous nous tiendrons à cet objectif au cours de cette journée de formation à la sémiotique du design.

Nous présenterons donc, d’abord, le projet de la théorie sémiotique, et ce en quoi il est profondément lié au champ réflexif du design. En quelques mots : faire de la sémiotique consiste à établir les fondements sur lesquels se construit le sens. Et contrairement à ce que prétendent de nombreux philosophes ou psychanalystes, ces fondements ne sont pas purement linguistiques… Car, oui, les objets, par exemple, participent à des échanges signifiants, sans qu’il y ait besoin de mots…

Ensuite, ayant considéré la sémiotique comme une ingéniérie du sens, nous ferons quelques exercices de production de pensées innovantes, à partir de jeux sur les modèles sémiotiques existants, et tenterons d’en tirer des conclusions sur le processus d’innovation, et notamment sur la notion de rythme (ou de timing).

Le troisième objectif de la journée sera de développer collectivement nos capacités de description et d’analyse des échanges mis en jeu dans le design innovant, à partir d’exemples pris dans les derniers numéros de M, le magazine du Monde. »

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*